Caromane-la-Blanche

Caromane est la capitale du royaume du Vélène, le plus méridional et le plus excentré des cinq royaumes énoriens. Depuis le règne du roi Estébane à la fin du quatrième siècle après la signature du traité des cinq royaumes, Caromane a peu de relations avec les autres capitales et le Vélène est tenu à l’écart par les autres royaumes pour des raisons que ceux qui ont lu « Tahissia, la faée renégate » connaissent...

Caromane se situe à l’extrême sud du Vélène, au bord de l’océan. Du fait de cette position, les températures y sont plus clémentes que partout ailleurs sur Énora. L’océan s’y montre beaucoup plus chaud et plus paisible que sur la côte occidentale, déchiquetée, formée de rochers sombres et acérés et de rares petites criques sableuses. Ici, les plages de sable blanc alternent avec de hautes falaises d’une roche blanche, utilisée pour la construction des maisons, basses, sans étages surmontées d’un toit plat où sèchent les filets des pêcheurs, ou couvertes de tuiles ocre. L’ensemble est riant, chaleureux et accueillant. Les voiliers qui croisent au large arborent également des voiles blanches. « Caromane-la-Blanche » mérite amplement son surnom.

C’est une cité claire et joyeuse, au climat doux et à la population souriante. Les Caromaniens sont réputés pour leur gentillesse et leur amabilité et ont un accent chantant, caractéristique des populations du sud du continent énorien.

Le palais royal est lui-aussi construit en pierre blanche. À peine plus élevé que le reste des constructions de la ville, seules ses fines tourelles, ses deux étages, l’élégance de ses balcons et sa superficie le distinguent des maisons plus modestes qui se dressent tout autour de lui. Il ne peut rivaliser avec les hautes tours sombres de l’Halstrom, le château des rois paristanais, perché sur son rocher et dominant fièrement la ville d’Halstronar et l’océan rugissant !

La faée Anna découvre Caromane lors de son voyage à travers le continent énorien, dans le tome 2 de « Quatre années sur Énora ». Quarante-cinq ans auparavant, une autre faée, Tahissia, que l’on n’appelait alors pas encore « la renégate », vient y vivre pour s’occuper de deux petites princesses, Anelise qui a alors cinq ans et Emma qui en a deux, après la mort accidentelle de leurs parents : le roi Cléon et la reine Alya. C’est à Caromane que se déroule  l’intrigue de la novella « Tahissia, la faée renégate ».

La couverture de ce format court est une aquarelle que j’ai réalisée et qui représente le port et la ville de Caromane.

En 2019, j’ai présenté cette couverture pour le prix de la couverture de livre, au festival « Livre O cœur » d'Orléans où je tenais un stand. Tous les participants au salon étaient sollicités pour présenter un ouvrage, un jury professionnel de cinq membres de l'association organisatrice (Arts et littératures au pluriel) a opéré une présélection avec comme critères la mise en page, le graphisme, la typographie et le visuel de la couverture.

La couverture de Tahissia faisait partie des quinze sélectionnées pour participer au concours. Elles ont été affichées pendant tout le salon les 19 et 20 octobre et le public a choisi. Je n'ai pas remporté le prix, mais c'était une belle consécration pour moi d'être sélectionnée et de voir ainsi Caromane-la-Blanche mise en valeur !

© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon