Histoires de couvertures...

Les couvertures des 6 livres du "Cycle d'Énora" et des 5 "Histoires d'Énora"

Une couverture se réalise en plusieurs étapes :

d'abord l'illustration puis la conception de la couverture elle-même à l'ordinateur pour l'envoyer à la plateforme d'autoédition.

Yness de Radek, la faée sans pouvoirs :

Ma toute première publication : la nouvelle "Yness de Radek, la faée sans pouvoirs", était aussi ma toute première couverture et l’occasion de tester la plateforme d'autoédition que j'avais décidé d'utiliser. En m'inspirant d'une photo j'ai dessiné le visage de ma petite faée : "La gamine avait une silhouette gracile, des traits fins, une peau laiteuse et des cheveux d’un blond tellement pâle qu’il tirait presque sur le blanc. Ses cils et ses sourcils, aussi clairs que ses cheveux, focalisaient l’attention sur ses grands yeux bleu clair, la plupart du temps éteints et inexpressifs. "

J'ai eu quelques difficultés au début à composer le reste de la couverture... À déterminer les couleurs, à choisir entre une police ombrée ou non... À choisir la couleur de la quatrième de couverture...

Heureusement que j'ai fait mes premiers essai avec un format court !

Dans un premier temps j'ai voulu lui mettre un cadre rouge... avant de m'apercevoir que cela posait trop de problèmes à l'impression pour avoir un résultat régulier et qu'il était préférable d'y renoncer et de garder un fond blanc avec des lettres noires sans ombres portées !

Ancienne couverture d'Yness de Radek, la faée sans pouvoirs. Un visage de femme et un cadre rouge pour la couverture.
Ancienne couverture d'Yness de Radek, la faée sans pouvoirs. Sans cadre rouge et avec la quatrième de couverture jaune.
Couverture finale d'Yness de Radek, la faée sans pouvoirs.

Quatre années sur Énora livre 1 :

Pour les couvertures des premiers tomes du "Cycle d'Énora", j'ai ensuite demandé l'aide de mon amie Christiane Tatham. Nous avons alors travaillé "à quatre mains".

Étape 1 :

Pour "Quatre années sur Énora 1", j'ai d'abord réalisé un "crayonné" que j'ai donné à Christiane.

Première aquarelle de la citadelle de Farstaff, dansles cillines. Soleil orange, deux lunes dont une bleue.

Étape 3 :

J'ai retravaillé l'aquarelle de Christiane et j'y ai ajouté des détails aux crayons de couleur ou aux pinceaux.

Farstaff, aquarelle retravaillée

Étape 2 :

Elle a traduit mon projet en aquarelle.

Étape 4 :

Puis j'ai terminé par la mise en page et la finalisation de la couverture.

Premier visuel de Quatre années sur Énora

Pour la conception de cette couverture, je me suis inspirée de la mise en page réalisée par Vael Cat à partir du visuel réalisé avec Christiane que je lui avais fourni en novembre 2018. Mon roman devait alors paraitre chez L'ivre-Book en janvier 2019. La vie en a décidé autrement...

J'ai toutefois choisi des couleurs plus vives que Vael. Je la remercie de cette proposition de couverture, qui m'a donné un aperçu de ce qu'elle pouvait être. La première couverture d'une série est déterminante pour la suite !

Dans un premier temps, j'ai voulu mettre un fond orange en bordure, sur la tranche et sur le dos du livre. Hélas, ce qui rendait plutôt bien en prévisualisation, s'est révélé quasiment impossible à obtenir correctement à l'impression : la bordure n'était pas presque jamais assez régulière ! J'ai donc finalement adopté un fond blanc lors de la seconde édition.

Couverture de la première édition de "Quatre années sur Énora". Un paysage de collines, cadre orange, dos du livre orange.
Couverture définitive de Quatre années sur Énora 1

Étape 5 :

À cette occasion, j'ai encore amélioré la couverture en rajoutant des détails.

J'ai conservé le logo créé par Vael "En souvenir de L'ivre-Book" en hommage à Lilian Ronchaud et à cette maison d'édition qui n'ont pas pu publier mon roman comme prévu.

Je voudrais en profiter pour saluer ici Lilian Ronchaud, éditeur et homme de cœur, que la vie a durement frappé.

C'est lui qui m'a poussé a adopter ce type de couverture, qui tranche avec les classiques couvertures de livres de fantasy, souvent à dominante de tons noirs ou violets.

Il m'a dit un jour : "Le plus important est que cette couverture te plaise à toi. Il faut juste que tu sois certaine que tu pourras faire toute la série dans le même style".

Merci Lilian de m'avoir encouragée à me démarquer !

Quatre années sur Énora livre 2 :

Étape 1 :

Mon crayonné.

Aquarelle de l'arrivée d'Anna à Gwendir
Crayonné de l'arrivée d'Anna à Gwendir pour le tome 2

Étape 2 :

L'aquarelle de Christiane

Étape 3 :

Je retravaille l'aquarelle aux crayons, au feutre et à l'ordinateur.

Étape 4 :

Finalisation de la couverture.

Couverture finalisée du tome 2 deuxième édition personnes allant vers un château et logo en souvenir de L'ivre Book

Étape 5 :

Je retravaille la couverture et ajoute le logo "En souvenir de L'ivre Book" pour la réédition.

Le temps des réformes, livre 3 du Cycle d'Énora :

Pour la couverture du troisième tome du cycle d'Énora : "Le temps des réformes", je n'ai pas fait appel à Christiane. J'ai ressorti mes pinceaux et mes boites de peinture chinoise et m'y suis mise toute seule en repartant du dessin de Farstaff qui illustrait le livre 1.

Dessins, pinceaux et peintures dans mon atelier
Couverture de Le temps des réformes oiseaux géants planant en hiver

Voilà le résultat et la couverture finalisée. J'avoue m'être bien amusée à dessiner les harps géants planant au-dessus de la citadelle de Farstaff en hiver !

Pas de logo cette fois car ce livre 3 n'est jamais passé entre les mains de L'ivre-Book.

Tahissia, la faée renégate :

Encouragée par cette tentative, je me suis lancée à réaliser moi-même complètement l'illustration de la couverture de la novella "Tahissia, la faée renégate" : aquarelle essentiellement et crayons de couleur pour représenter Caromane-la-blanche, la capitale du Vélène.

Couverture de Tahissia, la faée renégate ville au bord de la mer
Peintures et pinceaux dans mon atelier

Le résultat final :

La couverture terminée.

Et comme tous les participants au festival "Livre O coeur" d'Orléans, auquel j'ai participé le 19 octobre 2019, étaient sollicités pour présenter un ouvrage pour le prix de la couverture de livre, j'ai décidé de présenter celle-ci.

Il y a eu une présélection par un jury professionnel de cinq membres de l'association organisatrice (Arts et littératures au pluriel) puis un vote du public parmi les couvertures présélectionnées.

Les critères étaient : la mise en page, le graphisme, la typographie et le visuel de la couverture.

Le 25 septembre 2019, un courrier de Noëlle Mirande, la présidente de l'association "Arts et littératures au pluriel", organisatrice du salon d'Orléans, m'a appris que ma couverture faisait partie des quinze sélectionnées pour participer au concours. Elles ont été affichées pendant tout le salon et c'est le public qui a choisi. Je n'ai pas remporté le prix mais c'est déjà une belle consécration pour moi d'avoir été sélectionnée, d'autant que je n'ai fait appel ni à un dessinateur, ni à un graphiste, ni à un concepteur de couverture !!!

Au temps des seigneurs-guerriers :

Étape 1 :

Mon crayonné.

Couverture de au temps des seigneurs-guerriers village en feu montagnes et combattants

Étape 3 :

Je l'ai fait lors de la réédition.

Étape 2 :

La couverture finalisée après la mise en couleur par Christiane.

Lors de cette première édition, je n'avais pas eu le temps de retravailler l'aquarelle de Christiane.

Couverture deuxième édition de Au temps des seigneurs-guerriers, dessin amélioré

Retour à Halstronar, livre 4 du Cycle d'Énora :

Pour la couverture de ce livre 4 du "Cycle d'Énora" j'avais depuis le début décidé d'utiliser l'un des premiers dessins réalisés avec Christiane : celui qui représente Halstronar dans la lumière orange du soleil. C'est cette aquarelle sur laquelle nous avions travaillé ensemble qui figure sur mes cartes de visite et qui est sur Internet la "couverture" de ce site, et plus particulièrement de ma boutique.

Carte de visite de Catherine Lamour : un château dominant un port dans une lumière orange
Couverture de "Retour à Halstronar"

À la recherche d'Arcania, livre 5 du cycle d'Énora :

Étape 1 :

Je voulais représenter les héros du "Cycle d'Énora" cheminant dans les Terres glacées du nord et j'ai commencé par les dessiner au crayon avec leurs oréanes, puis j'ai repassé à l'encre une partie du dessin.

Étape 2 :

La neige et la glace, cela fait beaucoup de blanc !

J'ai pensé à Hergé et à "Tintin au Tibet" (qui fait partie de mes albums Tintin préférés). Si vous vous souvenez, la couverture représente Tintin, Milou, le capitaine Haddock et le sherpa Tharkey examinant les traces du yéti. Le premier projet d'Hergé était entièrement blanc, mais l'éditeur a demandé des modifications et le dessinateur a rajouté un ciel bleu derrière des montagnes et des reflets bleutés dans les empreintes de l’abominable homme des neiges.

Un ciel bleu ne me convenait pas puisque  je voulais, comme pour les autres couvertures du "Cycle d'Énora", que le ciel se fonde dans le blanc du reste de la couverture. Mais j'ai réalisé que la glace n'est pas blanche, mais bleutée !

Premier essai pas très satisfaisant  : les bagages sont trop vifs et la glace ne rend rien de bien ! Par contre j'aime  ce bleu !

 

Après quelques essais je m'aperçois que le lavis à l'éponge est la meilleure solution pour la glace.

Étape 3 :

Je complète le dessin aux pinceaux et au crayon de couleur.

Étape 4 :

Je finalise la couverture à l'ordinateur en ajoutant le titre.

Couverture finalisée du livre 5 : pesronnes marchant dans la glace avec leurs montures.

Le retour de l'empire, livre 6 du Cycle d'Énora :

Pour le dernier livre du "Cycle d'Énora" j'avais une idée assez précise de ce que je voulais : l'Himalia, la navette de l'Hypérion, en train de survoler la côte ouest du continent énorien, au niveau du Paristan, dont le reste était caché dans les nuages.

Premier essai de couleurs, planète, navette

Je voulais aussi des reflets argentés sur la navette blanche, mais j'ai découvert que la peinture argentée ne rendait pas du tout bien une fois scannée, alors j'y ai renoncé. Tant pis...

Couverture livre 6 navette au dessus d'une côte

Nouvelles d'Énora :

La couverture de "Nouvelles d'Énora" posait un problème car les dix nouvelles que comporte le recueil sont très différentes les unes des autres. J'ai tout d'abord pensé à un paysage et réalisé un premier projet qui ne me satisfaisait pas. L'ensemble dégageait trop de raideur à mon gout et ne correspondait pas à l'image que j'avais dans ma tête. De plus j'aurais voulu des nuances plus orange, correspondant mieux à la lumière énorienne.

Finalement, et comme beaucoup de nouvelles du recueil se déroulent à Halstronar, j'ai décidé de reprendre une vue de cette ville dominée par le château de l'Halstrom, en l'éloignant au maximum.

L'impression d'évasion vers un monde étranger est ainsi plus forte.

Couverture de Nouvelles d'Énora : vue de la ville et du port d'Halstronar au loin dominés par le château des rois auprès de l'océan

Les vertes prairies de Bahrène :

Pour "Les vertes prairies de Bahrène" j'avais une idée plutôt précise de ce que je voulais peindre : les collines au loin, les gras pâturages très verts et un troupeau d'ocaps paissant paisiblement.

J'ai donc commencé par gribouiller un maximum de silhouettes d'ocaps dans différentes attitudes. Puis j'ai peint le paysage avant d'y ajouter les ocaps.

Couverture finalisée pour Les vertes prairies de Bahrène (une prairie au pied de collines où broutent des ocaps
Réalisation de l'aquarelle pour la couverture des Vertes prairies de Bahrène : peintures, pinceaux...

La dernière étape étant comme toujours la finalisation à l'ordinateur pour inclure mon aquarelle dans le modèle et ajouter les écritures.

Pour Christiane

Je voudrais ici rendre un chaleureux hommage à Christiane Tatham qui est décédée en mars 2021.

Quand j'ai commencé à publier mes romans, je lui ai demandé un coup de main pour les couvertures.

Nous avions déjà travaillé ensemble à égayer le blog de la Confrérie des Fins Goustiers du Haut-Maine et Pail, dont elle était membre comme moi et dont elle dessinait à ma demande et avec beaucoup d'humour les cartes de vœux, les diplômes ou les illustrations pour le blog. Dessins que je me chargeais ensuite d'informatiser (car elle était allergique à l'ordinateur).

Comme elle avait le cœur sur la main, elle avait accepté de m'aider et a colorié mes premiers crayonnés, que je retravaillais ensuite comme je l'ai expliqué au début de cet article. Puis elle m'a fait remarquer que je n'avais pas vraiment besoin d'elle... Et j'ai volé de mes propres ailes.

Merci Christiane de m'avoir donné confiance !

Photo de Christiane Tatham