Histoires de couvertures...

Une couverture se réalise en plusieurs étapes :

d'abord l'illustration puis la conception de la couverture elle-même à l'ordinateur.

Pour les premiers tomes du cycle d'Énora, mon amie Christiane Tatham et moi avons travaillé "à quatre mains".

Étape 1 :

Pour le premier tome de "Quatre années sur Énora", j'ai d'abord réalisé un "crayonné" que j'ai donné à Christiane.

Étape 3 :

J'ai retravaillé l'aquarelle de Christiane et j'y ai ajouté des détails aux crayons de couleur ou aux pinceaux.

Étape 2 :

Elle a traduit mon projet en aquarelle.

Étape 4 :

Puis j'ai terminé par la mise en page et la finalisation de la couverture.

Pour cette couverture Je me suis inspirée de la mise en page réalisée par Vael Cat à partir du visuel que je lui avais fourni en novembre 2018. Mon roman devait alors paraitre chez L'ivre-Book en janvier 2019. La vie en a décidé autrement...

J'ai toutefois choisi des couleurs plus vives que Vael. Je la remercie de cette proposition de couverture, qui m'a donné un premier aperçu de ce qu'elle pouvait être. La première couverture d'une série est déterminante pour la suite !

Étape 5 :

Lors de la réédition, j'ai encore amélioré la couverture en rajoutant des détails.

Autre exemple avec le tome 2 :

Étape 1 :

Mon crayonné.

Étape 2 :

L'aquarelle de Christiane

Étape 3 :

Je retravaille l'aquarelle aux crayons, au feutre et à l'ordinateur.

Étape 4 :

Finalisation de la couverture.

Étape 5 :

Je retravaille la couverture et ajoute le logo "En souvenir de L'ivre Book" pour la réédition.

Tome 3 :

Par contre, pour la couverture du troisième tome du cycle d'Énora : "Le temps des réformes", j'ai ressorti mes pinceaux et mes boites de peinture chinoise et m'y suis mise toute seule en repartant du dessin de Farstaff pour le tome 1...

Voilà le résultat et la couverture finalisée. J'avoue m'être bien amusée à dessiner les harps géants planant au-dessus de la citadelle de Farstaff en hiver !

Tahissia, la faée renégate :

Encouragée par cette tentative, je me suis lancée à réaliser moi-même complètement l'illustration de la couverture de la novella "Tahissia, la faée renégate" : aquarelle essentiellement et crayons de couleur pour représenter Caromane-la-blanche, la capitale du Vélène.

Le résultat final :

La couverture terminée.

Et comme tous les participants au festival "Livre O coeur" d'Orléans, auquel j'ai participé le 19 octobre 2019, étaient sollicités pour présenter un ouvrage pour le prix de la couverture de livre, j'ai décidé de présenter celle-ci.

Il y a eu une présélection par un jury professionnel de cinq membres de l'association organisatrice (Arts et littératures au pluriel) puis un vote du public parmi les couvertures présélectionnées.

Les critères étaient : la mise en page, le graphisme, la typographie et le visuel de la couverture.

Le 25 septembre 2019, un courrier de Noëlle Mirande, la présidente de l'association "Arts et littératures au pluriel", organisatrice du salon d'Orléans, m'a appris que ma couverture faisait partie des quinze sélectionnées pour participer au concours. Elles ont été affichées pendant tout le salon et c'est le public qui a choisi. Je n'ai pas remporté le prix mais c'est déjà une belle consécration pour moi d'avoir été sélectionnée, d'autant que je n'ai fait appel ni à un dessinateur, ni à un graphiste, ni à un concepteur de couverture !!!

Au des seigneurs-guerriers :

Étape 1 :

Mon crayonné.

Étape 3 :

Je l'ai fait lors de la réédition.

Étape 2 :

Lors de la première édition, je n'avais pas eu le temps de retravailler l'aquarelle de Christiane.

À la recherche d'Arcania

Étape 1 :

Je voulais représenter les héros du "Cycle d'Énora" cheminant dans les Terres glacées du nord et j'ai commencé par les dessiner au crayon avec leurs oréanes, puis j'ai repassé à l'encre une partie du dessin.

Étape 2 :

La neige et la glace, cela fait beaucoup de blanc !

J'ai pensé à Hergé et à "Tintin au Tibet" (qui fait partie de mes albums Tintin préférés). Si vous vous souvenez, la couverture représente Tintin, Milou, le capitaine Haddock et le sherpa Tharkey examinant les traces du yéti. Le premier projet d'Hergé était entièrement blanc, mais l'éditeur a demandé des modifications et le dessinateur a rajouté un ciel bleu derrière des montagnes et des reflets bleutés dans les empreintes de l’abominable homme des neiges.

Un ciel bleu ne me convenait pas puisque  je voulais, comme pour les autres couvertures du "Cycle d'Énora", que le ciel se fonde dans le blanc du reste de la couverture. Mais j'ai réalisé que la glace n'est pas blanche, mais bleutée !

Premier essai pas très satisfaisant  : les bagages sont trop vifs et la glace ne rend rien de bien ! Par contre j'aime  ce bleu !

 

Après quelques essais je m'aperçois que le lavis à l'éponge est la meilleure solution pour la glace.

Étape 3 :

Je complète le dessin aux pinceaux et au crayon de couleur.

Étape 4 :

Je finalise la couverture à l'ordinateur en ajoutant le titre.

© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon