Une fête étrange et très calme...

Avant le départ d’Erwan et d’Adriana qui devaient embarquer le lendemain à bord de l’Hypérion à destination de Planète Centrale comme députés énoriens, un banquet fut donné en leur honneur dans la grande salle du château de l’Halstrom. Ensuite ils se retrouvèrent avec leurs amis les plus proches, sur la petite plage en bas de l’aile océane, pour une fête étrange et très calme qui dura toute la nuit. Le soleil orange allumait des étoiles à la surface de l’océan alors qu’il se couchait lentement derrière l’ile Keller, Oriane était un globe bleu parfait et Mirina un pâle croissant. La marée descendait sans bruit. L’air sentait le sel et les fleurs épicées du bord de l’océan. Les enfants étaient présents et l’un d’eux venait parfois faire un câlin à l’un des adultes.

Meldon, le jeune scribe, jouait doucement sur sa cybare des airs tendres et un peu mélancoliques, Maria l’accompagnait à la flute. Puis la magnifique voix grave de Liam s’éleva dans la nuit et se joignit à leurs instruments. Les conversations étaient sereines et les silences riches. Anna et Adriana échangèrent longuement à voix basse. Anna passa aussi du temps avec Erwan. C’était un curieux mélange de tristesse à la perspective de se séparer et d’espoir, car tous savaient qu’une nouvelle époque commençait pour leur planète. La fête se prolongea tard, puis ils remontèrent tous en silence vers l’Halstrom pour dormir un peu avant les manifestations du lendemain.

Quand j’ai imaginé cette soirée, dont vous pouvez relire le récit complet page 122 à 125 du chapitre 16 de mon roman « Le retour de l’empire », le sixième livre du « Cycle d’Énora », j’avais en tête une chanson de Jacques Bertin datant de 1970 : « Je voudrais une fête étrange et très calme ». J’ai même repris intentionnellement l’expression dans le roman.

J’ai découvert Jacques Bertin dans les années quatre-vingt et j’aimais beaucoup l’ambiance très particulière de cette chanson. En écrivant ce passage du « Retour de l’empire » je voulais retrouver cette ambiance et les émotions que j'avais ressentie autrefois en écoutant la chanson.

Comme nous sommes tou(te)s différent(e)s, j’ignore s’il en sera de même pour vous, mais j’avais envie de partager ce souvenir et cette musique avec vous. La voix de Bertin pourrait être celle de Liam…

Vous êtes sur la plage en contrebas de l’Halstrom, le soleil orange est en train de sombrer dans l’océan, vous faites rouler entre vos doigts les grains de sable fauve, l’air embaume le sel et les algues… Activez le son et laissez-vous bercer par le doux murmure de l’océan… Je voudrais une fête étrange et très calme…

Je voudrais une fête étrange et très calme

avec des musiciens silencieux et doux

ce serait par un soir d’automne un dimanche

un manège très lent, une fine musique

 

Des femmes nues assises sur la pierre blanche

Se baissent pour nouer les lacets des enfants

Des enfants en rubans et qui tirent des cerfs-volants blancs

Les femmes fredonnent un peu, leur tête penche


Je voudrais d’éternelles chutes de feuilles

L’amour en un sanglot un sourire léger

Comme on fait entre ses doigts glisser des herbes

Des femmes calmement éperdues allongées


Des serpentins qui voguent comme des prières

Une danse dans l’herbe et le ciel gris très bas

lentement. Et le blanc et le roux et le gris et le vert

Et des fils de la vierge pendent sur nos bras


Et mourir aux genoux d’une femme très douce

Des balançoires vont et viennent des appels

Doucement. Sur son ventre lourd poser ma tête

Et parler gravement des corps. Le jour s’en va


Des dentelles des tulles dans l’herbe une brise

Dans les haies des corsages pendent des nylons

Des cheveux balancent mollement on voit des nuques grises

Et les bras renvoient vaguement de lourds ballons

L'océan sur Énora, coucher du soleil orange sur l'horizon